Suite aux difficultés rencontrées à l’école, et face à la volonté insistante du corps enseignant, notre fils a été pris en charge par le CMP.

Il a été diagnostiqué autiste (TSA important) par le Dr L. (psychiatre).

Puis elle l’a dirigé vers le Dr B. en vu de l’intégrer en hôpital de jour.

Après plusieurs rendez-vous, le doute s’est installé et le Dr B. a décidé de le confier à Mme L., psychomotricienne, qui suit des autistes tous les jours.

Pendant un an, il a bénéficié de séances de psychomotricité afin de suivre son évolution et surtout de confirmer le diagnostic de TSA .

Cette thérapie, au sein du CMP, ne nous apportait pas les résultats escomptés et nous n’avons vu aucune amélioration.

Face à notre désarroi, nous avons décidé de chercher une autre solution pour soigner notre fils.

Après de multiples recherches, nous avons pris connaissance d’une autre thérapie, biomédicale, cette fois, qui améliorait des enfants qui présentaient les mêmes symptômes que notre  fils.

Nous avons pris rendez-vous avec le Dr X, chargé de cette thérapie.

Notre fils présentait des signes physiques particuliers, une prise de sang a  donc été prescrite. Il était positif à Borrelia, et Babesia.

Nous avons alors débuté les antibiotiques, et les antifongiques.

Dès la première cure, les résultats furent probants. Nous avons constaté des améliorations spectaculaires.

Tout d’abord au niveau du comportement : Il ne se jetait plus par terre, et il acceptait la collectivité. Les résultats se sont également faits sentir au niveau de sa santé physique : il n’avait plus de troubles digestifs (constipation  ++  avait disparu), il avait un meilleur sommeil, moins de cernes, il n’avait plus la peau sèche et plus de bruxisme également.

Mais son retard de langage et de compréhension demeuraient importants. Il était, pour l’équipe éducative de l’école, impossible qu’il puisse accéder à la classe supérieure, le CP.

Devant les progrès obtenus, nous avons décidé de continuer à soigner notre fils par le biais de cette thérapie, et de le maintenir dans le système scolaire normal, en intégrant le CP.

A partir de là, les enseignants, l’AVS, la directrice d’école ont constaté, après chaque cure d’antibiotiques, des progrès au niveau comportemental et cognitif. Il était non verbal à son entrée en CP. Et pourtant, il a su lire, écrire, compter, mieux que certains de ses pairs, qui n’avaient aucune pathologie. Et depuis il n’a cessé de progresser.

Aujourd’hui il est au CE2. Il suit une scolarité normale, accompagné d’une AVS mutualisée (10h/semaine). Son comportement est exemplaire. Il a des amis, il est parfaitement intégré à la classe. Il participe spontanément. Son langage continue à s’améliorer.

L’équipe éducative et nous même sommes unanimes : après chaque cure d’antibiotiques il progresse énormément.

                                                                      Mme et M. B.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu est protégé du copier-coller. Nous souhaitons garantir l'authenticité et le respect de nos témoignages.